Edito décembre 2013 – Propriété des usagers

Les tronçons franciliens des autoroutes A10 et A11 sont déjà la propriété des usagers.

Le Comité des élus pour la gratuité des tronçons franciliens des autoroutes A10 et A11 est maintenant constitué. Composé à ce jour de 70 parlementaires, maires, conseillers régionaux et généraux de toutes tendances politiques, il témoigne d’une volonté commune d’en finir avec le péage sur une autoroute structurante pour les transports du quotidien dans le sud francilien.
Il reste ouvert à tous les élus qui souhaiteront le rejoindre et conjuguer leurs efforts pour supprimer une disparité régionale injuste.
La solution de ce dossier est de nature politique. Ce comité lui donne tout son sens : celui de l’intérêt général.

Il reste au gouvernement à choisir : soit continuer à soutenir les intérêts – certes puissants – des actionnaires du groupe VINCI, soit prendre en compte les besoins des salariés et des populations démunis de transports collectifs efficaces.
L’Etat doit cesser de s’arcbouter sur des faux-semblants pour s’opposer à notre demande.

Nous avons une nouvelle démonstration de l’absence de sincérité récurrente du ministère des transports.
Les ministres qui s’y sont succédés jusqu’en 2011 affirmaient avec une remarquable continuité que notre revendication coûtait 900 M€.
Subitement, en 2011, ce chiffre est descendu à 200 M€.
Il y a moins d’un mois, il est tombé à 100 M€.
Encore un effort Monsieur le ministre, et vous commencerez à vous approcher de la réalité !
Ces chiffres illustrent ce que nous avons toujours dit, à savoir qu’ils sont

fantaisistes et n’ont aucun fondement, si ce n’est d’essayer de démontrer que nous demandons l’impossible.

En vérité, le coût de notre demande se situe à environ 25 M€ !

C'est déjà payé

C'est déjà payé !

Or, cette facture a été largement payée par les usagers au concessionnaire.
En effet, depuis 43 ans d’exploitation de la concession francilienne, les usagers qui entrent au péage de Dourdan pour se rendre en province ou ceux qui sortent à Dourdan en provenance de la province, ont été spoliés d’une somme supérieure en acquittant un péage pour des trajets qu’ils n’ont pas parcouru (Dourdan-les Ulis).
En 43 ans, les tronçons franciliens des autoroutes A10 et A11 ont bien été rachetés par les usagers, le péage n’y a donc plus sa place.

Cette entrée a été publiée dans Editos. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>